Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/12/2015

5 signes que vous étiez un chat dans votre ancienne vie

Il y a beaucoup de chance que vous avez déjà existé quelque part dans le temps et que vous ne possédiez pas ces caractéristiques, mais voila 5 signes qui indiquent que vous étiez un chat dans votre ancienne vie.

1. Vous appréciez les gens, mais…

Vous appréciez aussi de nombreuses activités qui ne nécessitent aucune interaction humaine. Vous passez beaucoup de temps seul. Parfois, votre soirée idéale se passe entre vous et un sac rempli de friandises.

2. Vous mettez un certain temps à vous habituer aux gens.

Oui je suppose que ce sont des gens biens, néanmoins il vous faut beaucoup de temps pour vous habituer à de nouvelles personnes. Dès que vous y êtes totalement habitué, vous les aimez.

3. Vous pouvez être du genre imprévisible

Les gens ont du mal à vous comprendre. À un moment, vous êtes totalement calme et détendu. L’instant d’après, vous déraillez, vous rembarrez quelqu’un. Encore un signe que vous étiez un chat dans une autre vie.

4. Vous avez besoin de votre espace personnel.

Les chats ne peuvent pas constamment faire face aux gens et vous non plus. Vous tenez beaucoup à votre espace personnel et ne supportez pas que les gens l’envahissent.

5. Dormir est votre passe-temps favori.

Ce point n’a évidemment pas besoin d’une explication.

Source : Claire C.

http://www.espritsciencemetaphysiques.com/5-signes-que-vous-etiez-un-chat-dans-votre-ancienne-vie.html

 

10:48 Publié dans reli-gion | Lien permanent | Commentaires (0)

22/08/2015

Etre hippie pour les nuls

Soyez « groovy ». Commencez par écouter la musique qui a secoué toute une génération. Allez dans votre magasin de disques (ou sur eBay) et choisissez l'enregistrement des trois jours d'amour et de musique qui ont défini le plus haut point de l'apogée des hippies : Woodstock.
  • Écoutez Jimi Hendrix et son interprétation inimitable de Star Spangled Banner, Joe Cocker se démener avec l'aide de ses amis et le toujours très populaire Fish Cheer de Country Joe et the Fish.
  • Pour vivre l'expérience Woodstock de la manière la plus authentique possible, écoutez l'enregistrement sous la pluie, dans la boue et nu, avec des amis.
  • Même si Woodstock comporte certains des meilleurs artistes et des chansons les plus mémorables des années soixante, ne construisez pas votre croyance hippie en dénigrant d'autres musiques de l'époque. Imprégnez-vous de certains grands artistes ayant inspiré la plus grande génération :
  • Bob Dylan. Là, il y a deux écoles, à vous de choisir la vôtre. Serez-vous plus « Bob en acoustique » ou « Bob électrique » ? De toute façon, Dylan est une icône, un ingrédient clé du répertoire hippie.
  • Les Beatles. Écoutez surtout leur période psychédélique, quand ils sont passés de « She Loves You (Yeah, Yeah, Yeah) » à « Lucy in the sky with diamonds ».
  • Jefferson Airplane. Avant cette version édulcorée et clinquante du groupe : Jefferson Starship, Jefferson Airplane nous a emmenés dans son univers et donné l'envie d'aimer.
  • The Grateful Dead. Si vous ne connaissez pas les Dead, c'est tout simplement que vous ne savez pas ce que signifie le mot « hippie ». Ce groupe-là a donné naissance à un nouveau genre appelé le « jam band », illustré par des groupes tels que Phish, String Cheese Incident et Widespread Panic. Ils ont également donné naissance à un volume entier de blagues sur les groupes de l'époque, comme « Pourquoi les Deadheads agitent leurs mains devant leur visage quand ils dansent ? C'est pour que la musique ne rentre pas dans leurs yeux ! »
  • Janis Joplin. S'il existe un archétype de la « nana hippie », c'est bien Janis. Bien sûr il y avait ses cheveux, ses perles et ses attitudes sauvages et décontractées, mais elle avait aussi une voix qui pouvait saisir, monter, cajoler, séduire et étourdir par sa puissance. Nous ne pouvons qu'espérer qu'elle se promène en Mercedes Benz de nos jours.
  • Bien qu'il existe un bien trop grand nombre d'excellents groupes hippies à citer individuellement, vous devez vous familiariser avec Crosby, Stills et Nash (avec et sans Neil Young), Joni Mitchell, Judy Collins, Sly and the Family Stone, les Doors, Donovan, The Who, les Stones, les Byrds, Buffalo Springfield et incontestablement Frank Zappa.

Écoutez ce qui se fait aujourd'hui. La musique, à cette période, était exactement ce dont avait besoin la génération, mais le temps passe et on produit de nos jours de formidables morceaux qui répondent à la même philosophie de paix, d'amour et de compréhension. Profitez-en. Être un hippie, c'est avant tout être ouvert et embrasser ce qui est bon. Du moment que vous pouvez danser sur ces musiques, faites-le.

Informez-vous sur la culture. Comprenez réellement les nombreux aspects des années 1960-70 qui ont formé la sous-culture hippie. Renseignez-vous pour savoir combien de personnes se sont réunies, quels étaient leurs grands principes et leurs croyances et d'où ils venaient
  • Aujourd'hui, vous pourrez trouver une grande partie de l'histoire de la sous-culture hippie sur Internet. Peut-être même davantage que concernant n'importe quelle autre sous-culture. Vous pourrez être bien plus perspicace concernant la sous-culture hippie en ayant vu le film original de Woodstock « Celebration at Big Sur », « Monterey Pop » et bien d'autres. On peut les voir sur Sundance et l'Independent Film Channel, mais vous pouvez aussi les louer dans un vidéo club.
  • Ne vous contentez pas de rester collé à la chaîne Arte (qui pourrait avant tout faire prendre quelques rides aux anciens hippies !). Lisez les paroles des poètes, auteurs et autres phénomènes culturels ayant défini la culture hippie :
  • Vous devez absolument lire Electric Kool Aid Acid Test de Tom Wolfe à propos de Ken Kesey et sa chère Merry Pranksters. Une fois que ça sera fait, vous saurez si vous pouvez faire partie des hippies ou non.
  • Apprenez à hurler et lisez la poésie de Alan Ginsberg. Alors que lui-même a précédé la culture hippie, ses travaux ont éveillé l'esprit créatif d'icônes telles que Hunter S. Thompson, Jack Kerouac et Bob Dylan (et bien d'autres).
  • N'oubliez pas de rire des comiques et de vous-même. Un des plus grands comédiens de cette époque est George Carlin, celui ayant fait le sketch du « hippie dippy weatherman with your hippie dippy weather, man » (météorologue hippie fou au temps fou et hippie). Contrairement à de nombreux hippies de l'époque, Monsieur Carlin a suivi ses convictions tout au long de sa vie.
Mettez-vous à jour. Comprenez que d'être un hippie aujourd'hui est un peu différent de ce que c'était dans les années 60 et 70. Les hippies ont de nouvelles idées sur différents sujets qui évoluent avec le temps. La génération hippie d'aujourd'hui vit pour de nombreux idéaux identiques à ceux du passé. La différence est que la guerre du Viet Nam est terminée et que Martin Luther King fils a été plus ou moins victorieux dans sa lutte pour les droits civiques.
  • Demandez à vos parents comment c'était de grandir à cette époque. Vous pourriez être surpris et même choqué, d'apprendre comment vos parents agissaient. Ils pourraient vous surprendre. Après tout, eux aussi ont été jeunes et sauvages et ont connu bon nombre des situations auxquelles vous êtes confronté aujourd'hui, tels l'amour, la guerre, un pays divisé et une menace existentielle persistante.
Adoptez et suivez les idéaux hippies. Essayez au maximum de ne pas polluer. Les hippies aiment la terre-mère et font tout ce qu'ils peuvent pour la préserver. Achetez des vêtements et des produits recyclables et bons pour l'environnement.
  • Travaillez en tant que bénévole et apprenez-en plus sur le troc. Les hippies des années 60 croyaient plus dans le commerce ou le troc que dans l'argent.
Apprenez le jargon. Pour se parler, les hippies avaient leur propre langage, de même que l'a chaque génération. Voici quelques-uns des mots qui faisaient partie du vocabulaire hippie :
  • 1-A, étroitement lié à l'enrôlement militaire : cela permettrait de déterminer s’ils devaient aller au Viet Nam, à moins de pouvoir entrer dans La Garde Nationale (difficile), d'obtenir le statut d'objecteur de conscience (encore plus difficile) ou d'aller vivre au Canada.
  • Chérie, bébé, nana ou encore ma vieille étaient des termes affectueux destinés aux femmes, aux épouses et aux petites copines.
  • C'est mon dada : ce que j'aime. Par exemple « houla, tu sais les aiguilles, c'est pas trop mon dada ».
  • Si quelque chose vous laisse sans voix, c'est qu'il vous impressionne vraiment et que c'est presque incroyable. « Hey, mon frère, ça me laisse sans voix que ta vieille ait été ma femme ! »
  • Aux États-Unis, on disait « Bogart » à celui qui ne partage pas un joint ; notre « perso ».
  • « Bummer » signifiait « poisse » et s'employait pour exprimer quelque chose de très négatif. « Oh, mon frère, quelle poisse, je n'ai plus un rond »
  • Les ronds : l'argent
  • Un vieux loup : un vieux hippie
  • Un planqué : quelqu'un qui fuit ses responsabilités et prend la voie facile. « Il est pour la guerre, mais a rejoint la Garde Nationale. Quel planqué. »
  • Piger : saisir, comprendre. « J'aime vraiment le groupe Sgt. Pepper, tu piges mec ? »
  • C'est mon truc. C'est ce que je fais. Mon dada quoi. Vous pigez ?
  • C'est dément : c'est vraiment génial.
  • Dingue : vraiment, vraiment dément.
  • Un flashback : une impression inattendue qui ressemble à une expérience de drogue, sans drogue.
  • Aux États-Unis, les hippies désignaient les cheveux longs par les mots « freak flag », soit « drapeau original ».
  • Les flics : la police. Encore appelés les bleus, les poulets, les keufs…
  • Groover : aimer vraiment quelque chose. « Mon frère, ça groove vraiment ces nouvelles chansons de Dylan ».
  • C'est groovy : c'est super bien, quelque chose de positif.
  • Les hippies américains disaient « Head » (tête) à ceux qui aimaient les drogues.
  • Planer : ce que font généralement les « head »
  • « C'est bon, lancez-vous », « Faites l'amour pas la guerre » et « Préservez la paix » sont des mantras hippies.
  • Un joint : une cigarette à la marijuana.
  • Ça tue : c'est très bon. « Il tue ce joint, qu'est ce qu'il y a dedans ? De l'acapulco gold ? »
  • Causer : converser.
  • Se tailler : partir. « hey les mecs, c'était super de causer avec vous, mais je dois me tailler maintenant, je dois me préparer pour mon concert au Fillmore »
  • Hey : une expression qui montre l'excitation. « Hey mon frère, dommage que tu doives te tailler. Moi et ma nana on a une herbe qui tue tout et t'aurait laissé sans voix, tu piges ? »
Portez les vêtements hippies... Ou rien. L'habillement est facultatif pour les hippies et quand il est nécessaire, la clé pour être un hippie est de ne pas se soucier de ce qui est matériel. C'est l'attitude qui compte, pas à la mode. Inutile donc d'aller fouiner sur eBay pour trouver les bonnes lunettes roses cerclées, les pantalons patte d'éléphants ou les chemises à teintures psychédéliques. Il sera tout aussi crédible d'aller fouiller dans les rayons d'Emmaüs. Si vous êtes à l'aise et coloré, vous aurez du style.
  • Portez des vêtements faits de matériaux naturels, de chanvre en particulier. Le chanvre est la plante qui libère le plus d'oxygène et prévient donc le plus la pollution. Les ponchos colorés et les pulls à rayures font aussi de magnifiques vêtements dans l'esprit hippie.
  • Regardez dans les magasins d'occasion, les friperies, les vides greniers et fabriquez vos propres vêtements et bijoux.
  • Les hippies sont connus pour leurs chemises « tie-dye » (les teintures multicolores psychédéliques), leurs jupes paysannes et leurs pantalons à pattes d'éléphant. Les hommes laissaient pousser leurs cheveux et leurs poils du visage, comme la barbe et la moustache.
  • Les femmes sortaient généralement sans soutien-gorge ni maquillage. L'image des hippies pieds nus est réelle, même s'ils portaient aussi des sandales, des bottes ou mocassins et même des chaussures de tennis. Les hippies étaient eux aussi soumis aux aléas climatiques !
Faites votre part pour rendre le monde meilleur. Rebellez-vous contre les choses contraires à la vie telles que les guerres et aidez à promouvoir une société plus libre en ce qui concerne les droits des homosexuels, des femmes et les lois sur les drogues.
  • La plupart des hippies pensent que la prohibition des drogues est plus nocive que l'usage des drogues lui-même. Faites des recherches sur Google pour vous informer sur la LEAP (Application de la Loi Contre l'Interdiction) ou sur la NORML (Organisation nationale pour la réforme des lois sur la marijuana).

Hissez votre « drapeau original ». C'est à dire, laissez vos cheveux pousser et allez aussi peu que possible chez le coiffeur. Restez propres en utilisant des savons et déodorants naturels et des produits à base de plantes. Le « Docteur Bronner » a été pendant longtemps le fabricant de produits de toilette préféré des hippies. Si possible, fabriquez vos propres produits. Les Dreadlocks sont assez populaires également au sein des hippies.

Hey mes frères, observez toutes ces couleurs. Certains hippies fument de la marijuana et consomment aussi des drogues psychédéliques comme le LSD et les champignons. Plus récemment, l'ecstasy a fait son entrée dans la culture hippie. Est-elle légale ? Pas du tout. Est-elle dangereuse ? Il n'y a pas de consensus sur ce point. En fin de compte, c'est un choix personnel à faire en prenant compte de ce que l'on sait au 21e siècle. Cela faisait incontestablement partie de la culture hippie des années 60. On peut toutefois se demander ce que seraient devenus des groupes comme les Beatles ou The Grateful Dead s'ils n'avaient pas consommé d'hallucinogènes.
  • Ceci étant dit, vous n'avez pas besoin de consommer de la drogue pour être un hippie ! Souvenez-vous que de nombreux hippies, comme Frank Zappa par exemple, évitaient les drogues et préféraient « planer naturellement » grâce à la méditation, la musique, les lumières colorées, la danse, les voyages et d'autres activités saines. De plus, la consommation de drogues à des fins récréatives (sauf l'alcool) est illégale dans de nombreux pays, soyez donc prudent.
Devenez végétarien. Certains hippies ne mangent que de la nourriture bio végétarienne ou végétalienne. Gardez cependant à l'esprit que dans les années 60, « bio » n'était pas une catégorie d'aliments et il n'y avait que très peu de végétaliens. La plupart des hippies étaient trop pauvres pour être pointilleux sur leur alimentation.
  • Les aliments biologiques d'aujourd'hui, en vente libre dans les magasins diététiques, sont un héritage du mouvement hippie. Peut-être tomberez-vous sur un hippie dans les rayons de votre boutique.

Conseils

Soyez vous-même ! Ayez la religion et les croyances que vous désirez. Il n'y a pas de règles ou de règlements à suivre pour être un hippie.

  • Faites pousser vos cheveux et soyez naturel.
  • Essayez de faire régner la paix par vos arguments. Soyez le médiateur en cas de problème et voyez si vous pouvez aider les gens en les écoutant et en leur donnant des conseils.
  • Manifestez contre la violence, les armes, le racisme, les lois injustes et la discrimination envers les minorités.
  • Ne vous limitez pas aux étapes ci-dessus pour devenir hippie. Ces étapes sont un guide général concernant la façon dont les hippies se comportaient dans le passé. Vous pouvez vous en inspirer et les expérimenter à votre manière, avec votre propre style, par exemple en portant des boucles d'oreilles et du brillant à lèvres et en créant votre propre régime alimentaire.
  • Portez des vêtements colorés
  • Soyez ouvert et libre
  • Soyez écologique
  • Ne polluez pas
  • Écoutez de la musique hippie
  • Apprenez un art martial comme le tai-chi, sans oublier que vous le faites en raison de la philosophie orientale sur laquelle repose cet art. Il ne s'agit pas de pratiquer un art martial pour nuire aux autres.
  • Ce n'est pas parce que les générations passées de hippies fumaient de la marijuana que vous devez le faire. Cela peut causer des pertes de mémoire à court terme, c'est également illégal dans de nombreux États, dans la plupart des pays en réalité et peut vous conduire en prison, menotté par un « keuf ».
  • En ce qui concerne l'orthographe, « hippie » et « hippy » se prononcent de la même façon, mais ont deux significations très différentes. Un hippie est quelqu'un de cool, décontracté, libre, un amoureux de la paix : quelqu'un de bien. En revanche, « hippy » signifie « large faisceau ». Vous pouvez donc être un hippy hippie, soit un hippie rayonnant, mais pas le contraire.

Avertissements

  • Comme le disait le DJ Wavy Gravy : « Restez à l'écart de l'acide brun ».
  • Ne critiquez pas les autres du fait qu'ils ne sont pas hippies. Chacun a le droit d'être comme il est. Ce que vous considérez comme une orientation et des conseils pourra être ressenti comme de la pression et du harcèlement.
  • Les gens ne sont généralement pas très fans des hippies. Vous n'allez certes pas obtenir beaucoup d'approbations lorsque vous marcherez dans la rue, mais ne changez pas simplement en fonction de ce que vous disent les gens.
  • Les hippies sont aussi connus pour consommer des drogues psychédéliques (c'est-à-dire des drogues affectant la perception et stimulant différentes zones du cerveau, comme la marijuana et le LSD). Soyez prudent lors de l'expérimentation de ces drogues : dans certains pays ou états, elles sont illégales. De plus, si vous en consommez, faites-le de manière modérée et raisonnée et n'en abusez pas. On sait qu'elles peuvent entraîner des effets secondaires, tels que des « bad trips » ou cauchemars éveillés. Il existe une psychose induite par la marijuana, dont on sait aujourd'hui qu'elle peut avoir des effets négatifs (phobiques/paranoïaques) à long terme et même pendant des années. Pour certains, l'état paranoïaque ou phobique perdure toute la vie.
  • Être hippie est une décision qui doit être basée sur vos croyances. Personne ne peut vraiment affirmer comment être hippie ou si vous l'êtes vraiment ou non. Les gens font généralement ce qu'ils pensent juste. Si vous pensez que la majorité des hippies ont raison d'agir de la sorte, devenez-en un tout simplement.
  • Participer à des manifestations peut entraîner des agressions et détentions provisoires.

Sources et Citations

10/06/2014

Etre punk pour les nuls

Si vous êtes individualiste et fier de l’être, que vous avez un problème avec le monde de la course au profit, vous pourriez être un punk. Voici une courte introduction à la mode, le style de vie et la musique punk.

 

Méthode 1 sur 3: Mode de vie

  1. 1
    Exprimez-vous. Les punks sont réputés pour leur attitude anticonformiste et leur individualisme. Si vous croyez en ces valeurs sans les exprimer, personne ne saura que vous êtes un punk ou un futur punk.
    • Lisez des classiques sur les sujets chers aux punks comme l’anti autoritarisme et l’anarchisme. Mieux vous serez informés, mieux vous serez en mesure d’en parler.
    • Trouvez des façons intéressantes d’exprimer ce que vous savez et pourquoi vous pensez que c’est important. Il y a une différence entre se plaindre des personnalités en place au pouvoir et d’être contre les mécanismes qui permettent à l’autorité de se mettre en place.
    • Parlez à la fois à des gens qui sont de votre avis et à ceux qui ont des opinions opposées aux vôtres, afin de vous conforter dans vos propres convictions. Si vous ne parlez qu’avec des gens qui sont de votre avis, comment ferez-vous pour répandre votre message radical à ceux qui en ont le plus besoin ?

 

2
Trouvez votre place. Faites connaissance avec des gens qui ont les mêmes convictions que vous. Vous pourrez ainsi explorer votre côté punk sans craindre les conflits ou les jugements des ringards.
  • Allez à des concerts punk. Certains groupes placardent des affiches, surveillez les poteaux de votre ville.
  • Trouvez l’endroit où les punks de votre quartier se retrouvent, que ce soit un coin ou un local. Les punks ne se retrouvent généralement pas dans des établissements privés, sauf par amour de la musique, ils investissent autant que possible l’espace public.
  • Si rien autre ne marche, demandez à un autre punk dans la rue où aura lieu le prochain concert.
  • N’ayez pas peur de reconnaître que tout ceci est nouveau pour vous. Tout le monde a commencé un jour, et ils comprendront probablement. Si vous êtes sympa, les gens vous apprécieront même si vous ne connaissez pas tous les groupes punks de la terre et que n’avez pas le style vestimentaire réglementaire.
  • Rejoignez une communauté punk en ligne. Vous pourrez y rencontrer des punks du monde entier, échanger des fichiers MP3, trouver des concerts, découvrir de nouveaux groupes.

3 Évitez le consumérisme. Les punks sont très débrouillards. Trouvez de nouveaux moyens de vous amuser sans enrichir les grandes entreprises avec votre argent.

  • Profitez des activités de plein air, que ce soit la randonnée de montagne ou seulement un tour au parc avec vos amis.
  • Apprenez à cuisiner. C’est un passe-temps agréable, et en plus vous économiserez de l’argent. Plus d’argent pour vous, moins pour l’ordre établi.
  • Trouvez des événements gratuits par le bouche-à-bouche, les sites web des salles de concert que vous aimez ou sur des forums consacrés aux activités locales.
  • Soyez bricoleur. Chaque fois que vous fabriquez un objet, vous ne soutenez pas un magasin qui vend le même objet industriel.
  • Ne vous rendez dans les grands magasins que lorsque vous y êtes obligé. Même les meubles peuvent être trouvés sur des sites d’échanges entre particuliers ou de recyclage. Si vous avez besoin de quelque chose, essayez d’abord de le trouver d’occasion. Ce sera plus économique et plus contre l’ordre établi.

Méthode 2 sur 3: Apparence extérieure

Exprimez-vous à travers vos vêtements. Les vêtements punks sont typiques, car ils reflètent la rébellion et l’individualisme. Rendez vos convictions contre l’ordre établi visible au premier abord.

  • Les punks sont originaux, ne vous inquiétez donc pas si vous ne ressemblez pas aux autres punks. Portez ce que vous voulez en vous assurant que ce ne soit pas conventionnel, et vous aurez votre place dans tout rassemblement punk.
  • Si possible, fabriquez vous-même vos vêtements. Achetez-vous une machine à coudre. Vous pourrez ainsi vous créer un look unique sans financer l’ordre établi.
  • Le fait-maison. De nombreux vêtements de punks ont un air de fait-maison. Pour un punk, il vaut toujours mieux réutiliser un vieil objet que de participer au consumérisme en achetant quelque chose de neuf.

Commencez avec des basiques pour punks. Si vous êtes perdu et que vous ne savez pas comment vous constituer une garde-robe, commencez par ces quelques articles :

  • Des jeans : coupe décontractée, slim ou baggy. (Pas de pattes d’éléphant)
  • Un blouson d’aviateur
  • Des vêtements cloutés
  • Des motifs écossais, camouflage, empreintes d’animaux ou traces de sang.
  • Des vêtements déchirés rapiécés avec des épingles à nourrice.
  • Des T-shirts de groupes.
  • Des blousons en cuir (ou en faux cuir) jackets avec des logos de groupes cousus dessus, des épingles de nourrice, ou des symboles comme le signe de l’anarchie inscrit dessus.
  • Des pantalons accessoirisés avec des fermetures éclair au dos des jambes, des chaînes, des anneaux en métal ou autres.
  • Des cartouchières
  • De la résille
  • Les grands classiques des accessoires sont les mitaines, les ceintures cloutées, les cartouchières, les bracelets avec des clous en forme de pyramide, des étoiles ou des pics.

Personnalisez les T-shirts ou vestes que vous achetez. Accessoirisez avec un sens du détail qui exprime votre vision personnelle des choses. Par exemple en découpant les manches et le col, en cousant des écussons politiques, ce sont des choses que la plupart des gens n’osent pas faire dans un but esthétique.

  • Déchirez ou découpez des morceaux de vêtements, et mettez des rangées d’épingles de nourrice pour tenir les parties ensemble, ou laissez apparentes des couches de vêtements.
  • Inscrivez vous-même des noms de groupes ou des symboles politiques sur vos vêtements.
  • Personnalisez vous-même vos jeans en les coupant avec des ciseaux ou un cutter, ou passez du papier de verre sur ceux-ci pour leur donner l’air usé.
  • Appliquez de la javel de façon stratégique sur vos T-shirts ou vos jeans pour créer des motifs ou pour leur donner l’air usé.

Trouvez des chaussures de punk. Du fait de votre mode de vie punk, vous serez amené à marcher plus, puisque les punks essayent autant que possible d’éviter les moyens de transport individuel. Il vous faut des chaussures solides qui dureront longtemps que vous obtiendrez de façon non conformiste.

  • Des bottes – pour les femmes et les hommes. C’est généralement le meilleur choix : elles durent longtemps, sont bon marché et se marieront avec le reste de vos vêtements.
  • Ne choisissez pas des chaussures de marque. Les punks rejetant le capitalisme et le matérialisme, nombre d’entre eux se procurent leurs bottes dans les surplus militaires.
  • Les chaussures de punk sont souvent des Dr. Martens, des Converses ou des chaussures de Skate. Notez cependant que comme il s’agit de marques, certains punks refusent de les acheter en dépit de leur esthétique, et vous pourriez rencontrer des personnes qui désapprouvent votre choix.
  • Les friperies sont de bons endroits pour acheter des chaussures bon marché sans avoir à réfléchir au fait que votre argent risque d’enrichir une multinationale.

Choisissez une coiffure. Soyez créatif, utilisez vos cheveux pour exprimer votre singularité ! Le but est de s’éloigner le plus possible du conformisme. Voici quelques idées.

  • Les hommes comme les femmes peuvent porter une crête, et bien qu’il s’agisse à l’origine d’une coiffure masculine, le Devilock va bien à certaines filles. Chercher les différentes variantes existantes pour trouver celle qui vous conviendra le mieux. Vous pouvez vouloir une crête longue, une crête double ou triple, ou des pics comme ceux de la statue de la Liberté.
  • Si vous vous inquiétez parce qu’une coiffure excentrique pourrait vous porter préjudice dans votre milieu professionnel, vous pouvez avoir recours à une fausse crête (une bande de cheveux large dressée en l’air, qui lorsqu’elle est peignée cache les côtés rasés du crâne). Attention, les autres punks se moquent parfois de cette coupe qui peut se fondre si facilement dans le monde conformiste.
  • Bien que la plupart des punks aient les cheveux courts, les cheveux longs sont aussi acceptables.
  • Vous pouvez mettre dans vos cheveux des plumes, des perles, des rubans ou des nœuds pour ressembler à ce que vous voulez être.
  • Certaines coupes de cheveux à la mode dans les années 80 et même les dreadlocks ont fait leur apparition dans les milieux punks.
  • Envisagez de teindre vos cheveux. Vous pouvez opter pour le noir, le blond platine, le rouge vif ou des couleurs artificielles comme le vert ou le bleu. Quelle que soit la couleur choisie, attendez-vous à devoir la porter longtemps, ou essayez d’abord une coloration temporaire.
  • Si vous ne voulez pas vous embêter avec des coiffures compliquées, rasez-vous le crâne. C’est un message fort à l’adresse des autres : vous ne vous sentez pas obligé de faire comme tout le monde ! Le crâne rasé est une coiffure classique chez les punks, et peut être porté par les hommes ou par les femmes.

Faites vous faire des piercings ou des tatouages. Modifier son corps est une façon pour les punks d’affirmer leur identité.

  • Vous verrez souvent des punks avec des écarteurs aux oreilles, souvent très larges.
  • Les piercings au nez et à la lèvre sont courants chez les deux sexes.
  • Les tatouages permettent un large choix de dessins. De nombreux punks portent l’emblème de leur groupe favori ou des toiles d’araignée sur le coude (attention, au Royaume-Uni, la toile d’araignée sur le coude signifie que vous avez fait de la prison). Les punks « straight edge » portent des X sur chaque poing. Les tatouages rétro comme ceux de Sailor Jerry sont également très populaires, notamment sur le torse et sur les biceps.
  • Quel que soit le tatouage choisi, souvenez-vous que vous l’aurez toute votre vie ! Assurez-vous de choisir quelque chose qui reflète votre personnalité, et non un groupe à la mode que vous aimez bien !
7
Soyez patient pour transformer votre look. Mieux vaut éviter de passer du look BCBG au look punk du jour au lendemain. De toute façon, il est impossible de s’acheter une culture de la musique punk en un jour ou de se faire une garde-robe sans faire de longues recherches. Allez à des concerts, faites-vous connaître auprès des autres punks, vous apprendrez ainsi à développer votre style peu à peu.
 

Méthode 3 sur 3: Musique punk

Allez à des concerts punks pour voir des groupes en live aussi souvent que possible. C’est un aspect important de la culture punk. L’énergie y est incroyable. Vous n’êtes pas obligé d’aller dans le pogo, mais c’est amusant de le regarder. Restez prudent et amusez-vous. Apprenez à connaître la scène locale, vous verrez sûrement les mêmes groupes et les mêmes personnes d’une fois à l’autre.

Familiarisez-vous avec la musique contemporaine et ancienne. Il existe de nombreuses sortes de musiques punk, et il faut savoir que tous les punks n’écoutent pas tous les mêmes types de musique. La plupart se focalisent sur un type en particulier, le genre ayant beaucoup évolué avec le temps. Consultez une liste pour chaque type de musique, et des groupes qui ont influencé ceux-ci.

Conseils

  • N’ayez jamais peur de ce que les gens peuvent penser.
  • La différence entre un simulateur et un vrai punk est que le simulateur se demande toujours comment sont les vrais punks. Faites simplement ce que vous voulez.
  • Soyez vous-même. C’est le point central du mode de vie punk. Si vous voulez avoir les cheveux longs, gardez-les longs. Si vous avez un CD de Kelly Clarkson à côté de celui de Misfits soyez-en fier. Le plus important chez un punk ce sont les croyances. Même Johnny Rotten a dit que les punks modernes sont des « cintres ». Souvenez-vous que l’important, ce n’est pas ce que vous portez, mais ce que vous êtes.
  • Les punks stupides sont repoussants, soyez un punk intelligent. Soyez bon en grammaire, en orthographe, en histoire, en géographie, etc. Vous casserez ainsi les stéréotypes que certains ont sur les punks. La communauté punk est changeante et en permanente évolution. Ne faites pas l’idiot pour faire plaisir aux autres. Il y a des punks cools et intelligents partout et si les premiers que vous rencontrez sont des idiots, dites-vous qu’il y a des idiots partout, n’essayez pas d’être comme eux simplement parce qu’ils font partie de quelque chose dont vous voudriez faire partie. Ils représentent le plus petit dénominateur commun d’un monde plus grand où vous pouvez trouver de meilleurs modèles.
  • Souvenez-vous d’assumer vos choix. Si quelqu’un se moque de vous, ignorez-le. Ne vous occupez pas de ce que les autres pensent. Soyez vous-mêmes.
  • Si vous n’étiez pas un punk auparavant, les gens peuvent être effrayés. Soyez gentils dans tous les cas. Ne dites pas adieu à vos anciens amis pour sauter dans un nouveau monde. Se faire de nouveaux amis tout en gardant les anciens est la meilleure règle à suivre.
  • Ce n’est pas parce que vous êtes un punk que vous ne devez écouter que de la musique punk. Intéressez-vous au rockabilly, au hard rock, au ska, au psychobilly, au heavy métal. Sachez que vous pourrez être moqué par certains si vous n’écoutez pas de la musique considérée comme « assez punk », ce qui est stupide. Les fans de certains groupes punks trouveront d’autres groupes bidon, et vice versa ; écoutez ce dont vous avez envie. Souvenez-vous que certains punks vous en voudront d’écouter de la musique mainstream.
  • Tous les punks ne détestent pas le gouvernement. Si vous le détestez, ayez des raisons valables de le détester, et si vous ne le détestez pas, ne faites pas semblant de le haïr.
  • Ne vous croyez pas meilleurs que les autres, il y aura toujours quelqu’un qui en saura plus long que vous.
  • On se fiera à la façon dont vous êtes habillé pour vous juger. Quand vous doutez, souvenez que c’est ce que vous êtes, ce que vous aimez. Ne laissez personne vous l’enlever.
  • L’idée préconçue la plus courante sur les punks c’est qu’ils sont marginaux (par exemple sans abris, ivres en permanence, qu’ils ont quitté l’école trop tôt, etc.) Cette idée est propagée par ceux qui ne sont pas des punks, essayez donc dans votre vie d’obtenir le travail et la situation que vous voulez. Un bon exemple de réussite pour un punk est Tim Armstrong de Rancid. Il a terminé ses études, combattu son addiction à l’alcool, trouvé une maison, et collaboré avec un grand nombre d’artistes et de producteurs. Les autres peuvent avoir envie de vous voir échouer en tant que punk, démontrez-leur le contraire.
  • Respectez vos ainés, s’ils méritent le respect. Si quelqu’un vient vous voir en costard-cravate et vous dit qu’il aime bien votre T-shirt de Misfits, soyez correct et demandez-lui si c’est un fan du groupe. Il est possible qu’il les ait vus jouer dans les années 70, au début du mouvement punk, et qu’il ait des histoires passionnantes à vous raconter ou des groupes que vous ne connaissez pas à vous conseiller.
  • Ne soyez pas raciste. Ce n’est bien ni pour vous ni pour les autres. La plupart des punks sont contre le racisme, et dans le pire des cas, vous pourriez vous faire blesser ou même tuer. Les blancs n’ont pas plus de valeur que les gens de couleur. Le regard que l’on porte sur vous ne devrait pas être influencé par votre pays d’origine ou la couleur de votre peau.
  • Les parents, les professeurs, les employeurs peuvent être effrayés par l’esthétique punk qu’ils ne comprennent pas. Considérez que vous êtes l’ambassadeur d’une communauté, et qu’il est bien plus étonnant, rebelle et subversif de dire s’il-vous plait et merci et de rendre vos devoirs en temps et en heure, puisque cela ne correspond pas à ce qu’on attend de votre « genre de personne », selon les stéréotypes que les médias grand public véhiculent sur les punks.
  • Souvenez-vous qu’il faut devenir un punk progressivement. Si vous sortez un jour de chez vous habillé comme les punks du coin de la rue, ce sera un déguisement, rien de plus.
  • Si vous avez l’intention de vous servir du mouvement punk simplement pour être à la mode, oubliez. Vous ne serez crédible auprès de personne, et notamment auprès des punks aguerris.
  • Le punk rock a de nombreuses significations pour de nombreuses personnes. Certaines personnes pensent que toute entreprise représente le mal, et d’autres qui achètent leurs affaires au supermarché. Soyez toujours respectueux ; pensez que les « pop punk » seront peut-être les activistes révolutionnaires de demain et que les vétérans avec leurs sigles de groupes inconnus d’il y a 30 ans ont peut-être des choses à vous apprendre. Écoutez toujours les autres, et si vous n’êtes pas d’accord, présentez vos arguments sous un angle qui laisse aux autres le droit d’avoir leur propre point de vue, même si vous ne le partagez pas.
  • Si vos parents ou vos tuteurs désapprouvent vos croyances punk, écoutez-les, et expliquez vos convictions. Mettez-vous à leur place. Votre mère peut réagir violemment face à vos cheveux teints, parce que leur couleur naturelle est celle avec laquelle elle vous a mis au monde et qu’il est difficile pour elle de vous voir grandir.
  • Le plus important n’est pas forcément ce que vous portez ou ce que vous écoutez ; c’est un état d’esprit qui s’accompagne souvent d’une musique et de vêtements spécifiques.

 

Source : http://fr.wikihow.com/%C3%AAtre-un-punk

 

16:21 Publié dans Identités | Lien permanent | Commentaires (0)